Comment le dire à la nuit, de Vincent Tassy. #PLIB2019

Le résumé

comment le dire à la nuit

 

La dame en noir vivait seule dans son château. Elle ne pouvait pas mourir. De tout ce temps qu’elle avait, elle ne faisait rien. Et puis un jour, elle trouva sur son chemin le garçon aux cheveux blancs.

Elle l’enleva.

Elle voulait vivre une histoire. Une histoire d’amour et de nuit qui traverserait les siècles.

Auteur : Vincent Tassy

Genre : Fantastique, roman gothique

Editions : Edition du Chat Noir

#ISBN9782375680897

 

Ma note : ⭐⭐⭐⭐⭐/5

 

Ce que j’en pense :

Cet article risque d’être long, je vous préviens à l’avance… Je ne peux pas vous parler de cette histoire sans me « perdre ». « Comment le dire à la nuit » est un ovni, une expérience de lecture ! Un roman qui ne se lit pas mais se vit ! Il faut que je sois la plus objective possible mais cela est assez difficile ! Vincent Tassy est mon auteur préféré  à ce jour pour la simple et bonne raison que ses textes me fascinent, me procurent des émotions et des ressentis comme nulle part ailleurs ! Je suis devenue très sensible à cette écriture particulière.

Vous n’êtes pas sans savoir que mon plus gros coup de cœur littéraire est Apostasie, du même auteur. C’est une lecture qui m’a vraiment bouleversée, touchée. Je me souviens l’avoir lu durant un challenge de lecture et d’en avoir parlé sans cesse ! Plus de deux ans après je considère toujours ce livre comme mon plus grand coup de foudre. Et je suis actuellement en train de le relire !

Lorsque j’avais refermé ce livre, la seule chose que je voulais, c’était dévorer tous les écrits de l’auteur. Mais Apostasie étant son premier roman, j’ai dû être patiente… Pas tant que ça puisque Effroyable Porcelaine est sorti peu de temps après ! Idem, énorme coup de cœur ! En réalité, je savais pertinemment que n’importe quel écrit de l’auteur aurait ce même impact sur moi. Même la nouvelle « Belle Rose Porperine » était exceptionnelle !

Je vous glisse mes précédents articles sur ces deux romans : Apostasie et Effroyable porcelaine

007e13ab-2714-4812-a38f-76ba14c729f0.jpeg

Lorsque j’ai appris la sortie de « Comment le dire à la nuit » j’étais extrêmement heureuse. C’était la sortie de 2018 que j’attendais le plus. Cependant pour une raison que j’ignore, j’ai patienté un certain temps avant de me le procurer… Alors, j’ai attendu aussi que certaines fêtes comme Noël et mon anniversaire, passent. Mes proches connaissent mon amour pour les textes de l’auteur, je ne voulais pas risquer un doublon 😉 ! Et puis je n’ai pas résisté et c’est ainsi qu’en février j’ai fait l’acquisition de ce petit bijou.

Comment le dire à la nuit est parmi les cinq finalistes pour le PLIB2019 et j’en suis très heureuse ! Car même si je ressentais une certaine appréhension, j’avais confiance en ce nouveau roman.

Je vous explique cette petite appréhension : Certains « booktubeurs » ont reçu un colis des Editions de Chat Noir pour le lancement de ce roman. Et se trouvait, à l’intérieur, un livre de Barbara Cartland avec Comment le dire à la nuit. Ce qui a intrigué beaucoup de monde… je me suis beaucoup interrogée et j’avais un peu peur de découvrir un roman très loin, différent, des précédents. J’ai compris pourquoi ce choix en poursuivant ma lecture !

L’histoire, les personnages…

Nous allons suivre différents personnages. A commencer par Athalie et Adriel. Puis c’est Egmond, Léopold, Carolina et Ismalie que nous allons découvrir quelques siècles plus tard. Un nouveau bond dans le temps et nous rencontrons Rachel, Parasève et Cléopâtre, dans une époque qui correspond à la notre.

Au fur et à mesure de la lecture, nous allons comprendre le lien qui se tisse entre ces différents personnages et ces différentes époques.

Comment vous parler de l’histoire sans trop vous donner de détails ? Tout ce que vous devez savoir, c’est qu’à chaque époque, nous rencontrons des parcours de vie différents, des tourments, des déchirures, des peines, des âmes torturées, mais le fil conducteur de ce roman, c’est l’Amour.  Comment le dire à la nuit n’est pas une romance mais la romance est au cœur de ce récit. L’amour sous toutes ses formes. Aimer à en perdre la tête, aimer à en mourir, aimer au point de se détester, aimer à nous pousser au delà de nos limites…  Que l’on soit un homme ou une femme, une mère et son enfant, deux femmes ou deux hommes, l’amour n’a pas de limites…

On passe d’une époque à une autre, d’un personnage à l’autre, mais pas une seule fois je me suis sentie perdue. Tout est extrêmement fluide. On se laisse totalement porter à travers les siècles dans cette ambiance gothique romantique.

Très vite, et même dès les premières pages, j’ai retrouvé l’univers de Vincent Tassy. Un univers, une plume qui ne peut pas plaire à tout le monde, j’en conviens… Mais qui me touche particulièrement.

Le récit est très mélancolique, romantique, encore une fois, d’une poésie fabuleuse… C’est ce que j’apprécie dans la plume de l’auteur. Chaque mot est bien choisi, beau, même dans l’horreur, la façon dont cela est transcrit fait de l’ensemble quelque chose de très beau à lire. Le contraste dans ce roman est très présent. Et la couverture le représente parfaitement. C’est vraiment quelque chose que j’admire et qui me plait énormément dans l’écriture de Vincent Tassy. Il n’y a qu’un pas entre la poésie, la douceur, un récit vaporeux et ce contraste sombre, triste,violent, terrifiant, déchirant…

Ce roman, je l’ai dévoré ! J’ai aimé tous les personnages qui étaient tous très bien travaillés, recherchés. Mais je ne saurais expliquer pourquoi, j’ai eu une petite préférence pour Egmond et Léopold. Leur histoire m’a transportée. J’ai aussi adoré suivre l’histoire d’Athalie et découvrir ce qui se cachait derrière ce personnage. Une sacrée surprise pour moi !

Les lieux…

Encore une fois l’auteur a le don de nous transporter dans un univers particulier. Les lieux sont parfaitement décrits, ils sont très visuels ! Un cimetière à l’abandon, un donjon perdu, une forêt, une chapelle… Ces endroits sont aussi importants que les personnages et prennent vie dans nos esprits ! On retrouve également ce contraste de noir et de blanc, du jour et de la nuit, de la lumière à la pénombre…

En bref…

J’apprécie les références de l’auteur, j’admire même ! Quelles soient littéraires, musicales, historiques, j’aime les retrouver dans ses écrits ! Et dans Comment le dire à la nuit, elles sont également présentes.

Le vampirisme est au cœur de cette histoire. D’ailleurs aux oubliettes les codes que l’on a. Ici, il est question de vampirisme clinique, ces immortels attirés par le sang mais il est aussi question de vampirisme énergétique ! Cette force qui entraîne la personne dans des émotions, des ressentis très contradictoires, dans le vide, le néant… Ce contraste encore et toujours !

Et c’est ce qui donne également la force aux écrits de l’auteur ! Au delà de la poésie, de la beauté des textes, des sujets très actuels sont traités avec brio ! Le tout nous emmenant à une certaine réflexion.

J’apprécie également le fait que l’auteur prenne le temps de nous décrire les lieux, les personnages, les émotions…

Vous l’aurez compris, ce livre est un nouveau coup de cœur !  Un roman qui provoquera aussi contraste chez ses lecteurs ! Je ne peux que vous le conseillez si vous souhaitez découvrir une oeuvre originale, différente et si vous êtes sensibles à la poésie. Et je considère que sa place est vraiment méritée pour le PLIB ! D’ailleurs il fait également parti des cinq sélectionnés pour le Prix Imaginales des Bibliothécaires. Alors Bravo !

Ma playlist pour cette lecture :

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Tellement d’accord avec tout ce que tu dis! C’est le premier roman de Vincent Tassy que j’ai lu mais grâce à toi, je me suis rendue compte que j’avais déjà découvert sa plume auparavant grâce à Belle Rose Porperine! Bref, comme toi, je trouve sa plume magnifique; elle m’a transportée dès les premières lignes! 🙂 Puis j’ai tout adoré! J’avoue qu’entre ce roman et celui de Céline Chevet, je ne sais pas pour qui je vais voter…;-)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Il faut que je lise « La fille qui tressait les nuages » et avec tous les bons avis que j’ai entendu je suis très curieuse ! Ah la la la ! Je sens que cette finale ça être compliquée !

      Aimé par 1 personne

  2. plumesdelune dit :

    Eh beh ! ça donne envie !! De toute façon, je vais être obligé de lire ce livre avec le Plib, mais tu le vends plutôt bien ! ^^
    ~Kara

    Aimé par 1 personne

    1. Ha ha 😂 oui en effet, lecture obligatoire !! J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi !

      Aimé par 1 personne

Répondre à plumesdelune Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s